Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Le jeudi 11 juillet dernier, une délégation d’experts de Sectrans-Nas, dirigée par le chef du projet a rencontré, durant une longue journée de travail, des membres de l’Équipe NRBC du Mali.

La réunion avait pour but d’établir les premiers contacts avec divers représentants maliens en vue de leur exposer les grands axes de travail que supposeront les trois années de mise en œuvre du projet SecTrans-NAS dans le pays, identifier les interlocuteurs de premier plan concernés la problématique traitée, recueillir le maximum d’informations en matières de transport routier des matières dangereuses et mettre en route toutes les voies de collaboration qui permettent d’atteindre les résultats recherchés.

Dans ce sens, il est à souligner que, compte tenu des circonstances particulières que vit le pays en termes sécuritaires, les représentants maliens présents à la rencontre ont accueilli le projet avec beaucoup d’enthousiasme tout en manifestant leur entière disponibilité pour contribuer sa réussite.

Les discussions qui ont eu lieu ont permis de mettre en évidence certaines spécificités du pays, notamment l’importance des flux commerciaux, et donc de transport par route, avec les pays faisant plutôt partie de la Façade Atlantique Africaine. Cet état de fait a amené les autorités maliennes à suggérer des voies de synergie et de coopération qui aillent au-delà de la région Afrique du Nord et Sahel en prenant en compte cette réalité.

D’un autre côté, les nécessités spécifiques du Mali commandent que les matières dangereuses prises en charge par le projet soient élargies à toutes les lettres de l’acronyme NRBC.

Concernant l’aspect législatif, les experts ont identifié différentes pistes de travail qui devraient permettre d’avancer vers des standards internationaux sans remettre en cause les enjeux économiques du pays.

Les deux parties se sont quittés avec l’engagement ferme d’ouvrir une voie de communication directe qui permettra d’élargir les informations, sources d’information et interlocuteurs compétents afin que les prochains ateliers programmés donnent lieu à des progrès concrets dans la mise en œuvre du projet.

Les experts européens tiennent à souligner le caractère chaleureux de l’accueil dont ils ont été l’objet

Pin It on Pinterest

Share This