Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Les 19 et 20 juin derniers, les dépendances du Bureau Régional des Centres d’Excellence de l’U.E ont abrité les premières activités du Projet SecTrans-Nas en Algérie.

 

En présence du Directeur du bureau régional et Point Focal National, M. El Hadj Lamine, et plusieurs représentants de divers ministères et directions générales, de services et organismes publics faisant partie de l’Équipe Nationale NRBC algérienne, les experts du consortium de metteurs en œuvre ont d’abord présenté et fait connaître le projet SecTrans-Nas dans toute son ampleur et sa portée à leurs homologues.

 

Ensuite deux ateliers ont eu lieu.  Le premier, sur le renforcement du cadre juridique, avait pour but recueillir et analyser toutes les informations disponibles en matière de législation sur le transport de matières dangereuses en général et tout particulièrement, des matières chimiques et biologiques. Le deuxième atelier s’est penché, quant à lui, sur la méthodologie et la faisabilité des plans de circulation prévus dans le projet.

 

Les discussions avec les participants et les autorités lors des 3 activités ont permis aux experts européens d’expliciter plusieurs aspects de leurs missions et aux experts locaux de mettre sur la table les spécificités et les besoins particuliers de l’Algérie.

 

Il est ressorti de ces rencontres que l’Algérie dispose d’un arsenal juridique important pour minimiser les risques liés au transport de matières chimiques et biologiques dangereuses, mis à part quelques arrêtés qui restent à développer.

 

La question du développement de plans de circulations tant le général que le spécifique pour la capitale ayant été également objet de discussion, les parties se sont engagées à étudier différents ajustements dans les Termes de références en vue de s’adapter aux réalités et besoins particuliers du pays, en particulier, l’éventualité du changement du plan de circulation prévu pour la capitale au profit d’une autre ville.

 

Il faut souligner que cette première mission en Algérie, représente par la même occasion la première activité véritable de la mise en œuvre du projet. À tout seigneur, tout honneur ! L’Algérie étant le premier pays par ordre alphabétique mais également et surtout parce qu’il reste le pays hôte du Bureau régional de l’Afrique du Nord et de la Région du Sahel.

Au mois de juillet, la caravane de Sectrans_nas fera une halte au Burkina Faso et au Mal

Pin It on Pinterest

Share This