Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Les 09 et 10 juillet derniers, Sectrans-NAS a effectué sa première mission dans le pays des hommes intègres. Au programme, rencontre avec l’Équipe Nationale NRBC burkinabé et des réunions thématiques avec des autorités et experts locaux.

La visite qui s’inscrit dans le cadre des premières missions d’évaluation sur le terrain programmées par l’Équipe du Projet avait pour objectifs, comme dans les autres pays, de faire connaître Sectrans_NAS aux représentants des organismes et institutions ayant une quelconque compétence en matière de transport des matières dangereuses ; identifier des interlocuteurs en vue d’établir des voies de communication directes entre experts partenaires, recueillir les avis des spécialistes du pays afin de couler le projet dans le moule des réalités et besoins particuliers du Burkina Faso.

Par la présence active du Point Focal National, le grand nombre et la diversité des autorités et représentants mobilisés, le Burkina Faso donne la mesure de son intérêt pour ce projet.

 

Il semble que la rencontre avec l’Équipe Nationale NRBC a non seulement de permis d’élucider les enjeux et la portée du projet au plan régional, mais également de planter le décor dans lequel Sectrans-NAS sera exécuté au Burkina Faso.

Les réunions thématiques, l’une sur le volet législatif du transport des marchandises dangereuses et l’autre sur la gestion actuelle du trafic de ce type de matières, ont aussi donné lieu à un diagnostic assez précis de la réalité burkinabé. Au plan réglementaire, les textes existants ont déjà commencé à emboiter le pas aux exigences internationales, quand bien même beaucoup reste à faire pour couvrir tous les aspects de la problématique traitée par le projet.

 

En matière de gestion du trafic, bien que les analyses effectuées lors de la réunion renforcent la capitale comme ville idéale de mise en place du plan pilote de circulation, conformément aux Termes de Référence, une alternative présentant d’autres avantages tels que la facilité d’exécution est à l’étude.

Par ailleurs, les représentants burkinabés souhaiteraient que les matières prises en compte par le projet soient élargies.

 

Après Ouaga, la caravane de Sectrans-NAS s’arrêtera au Mali.

Pin It on Pinterest

Share This