Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Développement et renforcement des capacités de gestion des risques liés au transport terrestre de substances chimiques et biologiques en Afrique du Nord et dans la région du Sahel

Du 03 mars au 05 mars derniers, dans les locaux de l’Institut Supérieur d’Etudes de Protection Civile Officiel- ISEPC de Ouagadougou, plusieurs experts du projet SecTrans-NAS ont mis en œuvre diverses activités en parallèle qui ont compté avec la présence quotidienne du Point Focal National.

Après le premier cycle de missions durant l’année 2019, qui ont consisté à faire l’état des lieux en matière de transport de matières chimiques et biologiques dangereuses et à identifier les principaux interlocuteurs des différents Groupes de Travail composant le projet, cette  mission au Burkina Faso constitue la toute première d’un autre cycle de missions pendant lesquelles des solutions seront proposées aux différents pays tant en termes réglementaires que de formations des différents acteurs clés de la problématique du transport de matières dangereuses.

À Ouagadougou, pendant trois jours, les experts de SecTrans-NAS ont effectué diverses activités simultanément. D’un côté, des ateliers de discussion et de validation des propositions de renforcement du cadre juridique et les esquisses de plans de circulation dans le transport des matières dangereuses.

D’un autre côté, une série de formation ont été mis en œuvre, à l’intention des agents de sécurité (police, gendarmerie, primo-intervenants), et des participants de la chaîne de transport tels que les transporteurs, chauffeurs, chargeurs etc.). Concrètement, environ trente personnes ont été formés soit dans l’élaboration et la mise en place de plans d’intervention d’urgence en vue d’améliorer la réponse en cas d’incident ou accident impliquant des matières chimiques ou biologiques dangereuses soit  au transport d’échantillons biologiques ou encore à la réglementation ADR.

Concernant cette dernière formation, il est à souligner que les experts ont apporté des Kits ADR dont les unités de transport doivent être munies dans l’intention non seulement de rendre  la formation plus pratique mais également de familiariser les acteurs concernés, notamment les transporteurs, avec ces éléments basiques de sécurité.

Le point focal, dans son allocution de clôture de ces 3 journées de travail a remercié, au nom de son pays, l’Union européenne, les metteurs en œuvre et les experts pour la qualité de ces premières actions concrètes du projet tout en émettant le souhait qu’il en ait d’autres dans le même sens.

Pin It on Pinterest

Share This